image sage vs cegid

Saisir des nomenclatures multi-niveaux dans Sage 100 i7 ou dans Cegid YourCegid PMI

 

                Après avoir parlé des outils d’ERP les plus communs dans les PMI française, où Sage et Cegid apparaissaient comme incontournables, je vais aujourd’hui comparer ces deux logiciels sur un point précis et fondamental du fonctionnement d’une industrie : la construction des nomenclatures multi-niveaux.

Définition d’une nomenclature

Définition d’une nomenclature de production

La nomenclature de production contient les articles permettant de fabriquer l’article fini.

Elle peut entraîner la fabrication d’un sous- ensemble  (utilisé dans un autre article), ou d’un

produit prêt à être vendu (produit fini). On nomme « composants » les articles répertoriés dans la nomenclature de production.

 

Elle est utilisée lors d’ordres de fabrication et son objectif est de répertorier sur un ou plusieurs niveaux les pièces de l'article en cours de fabrication à l'aide de la feuille de planning les articles à fabriquer ou à acheter.

En gros il s'agit des ingrédient ainsi que de la recette.                               

 

Mono-niveau:

                Une nomenclature de production mono-niveau implique que tous les composants sont achetés.

 

Multi-niveau:

                Dans le cas d'une nomenclature multi-niveau, la solution est utilisée lorsque la société doit fabriquer certains composants, ces derniers sont répertorié en tant que sous-ensemble et contiennent la liste des composants nécessaire à leur fabrication.

 

                 Les 2 outils Sage 100 et Cegid PMI, en tant qu’ERP permettent de répondre aux problématiques de nomenclature, avec notamment des fonctions liées à la gestion de production.

 

 

                Plus précisément, ces deux outils permettent entre autres :

–  de gérer des nomenclatures multi-niveaux

–  un interface avec les outils de CAO pour passer du plan à la transformation

– une prise en compte des articles fantômes pour la production

– une indication de l'avancement des différentes fabrication

– et une modification en série des gammes et nomenclatures

 

Notre test:

Après avoir testé ces 2 solutions, voici les conclusions que j'ai  pu en tirer.

J'ai globalement à chaque fois réussie à créer un article et à ajouter les composants nécessaires dans la nomenclature.

Il a été cependant plus délicat de rentrer toutes les données sur la solution Cegid PMI. La prise en main a été moins intuitive et nous y avons passé un peu plus de temps. A première vue, la solution semble plus compliquée à prendre en main. Globalement l'outil présente des lacunes, notamment pour se repérer entre les différentes sous-nomenclatures.

 

 

Je me suis également basé sur les nombreux retours de conseil business  et les points marquants que j'ai relevés sont les suivants :

– L’impossibilité de l'outil sage à changer une référence de nomenclature ayant déjà subi des mouvements de stock.

– Le deuxième point noir pour Sage, qui est un problème récurrent, est la non coordination des affichages de stock, d‘approvisionnements et de production. Une commande peut être lancée alors que les sous-ensembles de nomenclatures disponibles ne permettent pas de finaliser cette commande.

 

Conclusion:

Après avoir testé brièvement ces deux solutions et d’après les nombreux retours d’utilisateur que nous avons eu, j'ai réussi sans difficulté majeure à réaliser les actions de base que sont la rentré d‘un article et de sa nomenclature malgré une prise en main plus complexe de Cegid.  Les problèmes « historique » de  ces solutions, comme le manque d’intuitivité chez Cegid  ou la restriction du nombre de sous ensemble de sage ne se sont remarqué sur les dernières versions.

                En ce qui concerne les problématiques plus poussées, nous avons trouvé plus de limites à l’outil Sage 100 qu’à Cegid PMI. Ce dernier semble plus complet que son homologue mais en contre partie plus difficile à prendre en main.

N'hesitez pas à partager !

Avis

Laisser un commentaire