Aide au financemment

 

Quelles aides pour le financement de vos projets SI (ERP, CRM, BI …) ?

Cet article a pour but de vous donner des pistes pour vous aider à financer vos projets ERP et de manière plus globale vous aider à accélérer la transformation digitale de votre entreprise.

 

1) Les aides régionales pour la numérisation des entreprises

Votre région peut vous apporter de l’aide pour l’informatisation de votre entreprise (subventions régionales) Un exemple de subvention régionale :

Chèque Numérique, une bonne nouvelle pour les TPE / PME de moins de 20 salariés en Région Pays de la Loire.

 

  • La Région Pays de la Loire engage un nouveau dispositif Chèque Numérique pour accélérer la transformation digitale de nos entreprises régionales par l’intégration de nouveaux outils numériques et l’amélioration de la performance globale avec, le recours d’un prestataire extérieur chargé d’aider le dirigeant à définir sa stratégie digitale d’une part, et d’autre part, une aide aux investissements nécessaires à la mise en œuvre de la stratégie.

 

  • sur le volet Conseil pour effectuer une mission de conseil sur l’utilisation du numérique par l’entreprise et un diagnostic des besoins ou opportunités de l’entreprise, débouchant sur une réflexion stratégique et l’identification de solutions numériques à mettre en œuvre. Si la prestation est inférieure ou égale à 5 jours : la subvention est de 80% du montant HT de la prestation, avec un plafond d’aide maximale de 3 800 €.
    Si la prestation est supérieure à 5 jours : subvention de 50 % du montant HT de la prestation avec un plafond d’aide maximale de 30 000 €.

 

  • sur le volet Investissement, la subvention est de 30 % de l’investissement HT avec un plafond d’aide maximale de 15 000 € si les dépenses sont relatives à l’acquisition de matériels ou à la fourniture de prestations d’investissement (équipement informatique, logiciels…) absolument nécessaires à la réalisation concrète de la stratégie préalablement définie.
    L’éligibilité au volet investissement est conditionnée à l’attribution de l’aide pour le volet conseil.

 

2) Budget formation des organismes des formations

Toutes les entreprises peuvent être accompagnées dans le cadre de leurs actions de formations, la principale prise en charge étant évidemment celle qui relève de l’OPCA (l’Organisme Paritaire Collecteur Agréé) pour laquelle les entreprises cotisent.

Très souvent les entreprises n’ont pas de prise en charge OPCA parce qu’elles ne s’en occupent pas, ou bien lorsqu’elles le font elles ne le font pas de manière optimale. Il est aussi possible de mobiliser des ressources complémentaires auprès d’autres sources de financement, tels que des organismes comme le FNE, le FSE, ect… Ce sont donc ces financements complémentaires qui vont permettre d’accompagner les entreprises dans une optimisation du financement de leurs actions de formation.

Il est aussi possible d’externaliser l’optimisation du financement des formations.

Vous pouvez confier à des entreprises spécialistes non seulement l’ingénierie financière (l’optimisation du financement), mais de manière plus générale vous pouvez leur externaliser l’ensemble de la gestion administrative de la formation. Cette offre de services promet là aussi de gagner du temps et de l’argent, mais dans tous les cas la rémunération du cabinet est exclusivement adossée aux résultats obtenus.

 

3) Les crédits d'impôts

Un panel d’outils est déjà mis en place pour aider les entreprises à adapter leur modèle de production à l’économie numérique et favoriser l’investissement.

Par exemple : le crédit impôt compétitivité emploi (CICE), la suppression programmée de la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S), les crédits impôt recherche et innovation, sans compter le mécanisme de soutien à l’investissement des entreprises qui permet aux entreprises soumis à l’impôt sur les sociétés de déduire de leur déclaration une somme égale à 40 % de leurs dépenses relatives à l’acquisition ou à la production de logiciels indissociables d’opérations industrielles.

Ce dernier point avait fait l’objet d’un récent article sur ConseilBusiness vous le trouverez en cliquant sur le lien suivant :

http://conseilbusiness.com/2015/08/28/profitez-dune-deduction-fiscale-de-40-sur-votre-investissement-erp/

 

4) Faire le choix du Saas

Comme vous n'acquérez plus le logiciel, il ne s'agit plus d'un investissement, le coût d'utilisation passe en budget de fonctionnement (plus d'immobilisations corporelles et incorporelles). L'abonnement à un logiciel en mode SaaS représente un coût plus faible qu'un achat de licence "à l'ancienne" car cet abonnement couvre de nombreux services : l'utilisation du logiciel, mais aussi sa maintenance, la gestion des sauvegardes, l'infrastructure IT complète (serveurs et systèmes d'exploitation, les bases de données …)

 

5) Le leasing

Vous pouvez aussi vous adresser à des sociétés qui proposent des contrats de leasing. Ces sociétés travaillent en direct avec les entreprises désirant acquérir un matériel sans alourdir leur bilan financier. L’entreprise bénéficie d’un équipement récent et efficace, tout en maîtrisant son budget. Elle peut également choisir de racheter son matériel en fin de contrat.

Selon les problématiques techniques et budgétaires des entreprises, ces sociétés peuvent proposer différentes solutions de type :

  • Crédit-bail
  • Location financière
  • Location évolutive

 

Exemple concret :

Imaginons un projet CRM dans une boite de 40 personnes qui coute 35 000€

Le budget se décompose de la façon suivante :

 

– audit et analyse du besoin : 5 jours = 5 000€

prise en charge par l'aide régionale : 3 800€

restant à financer par l'entreprise : 1 200€

 

– achat des licences = 15 000€

prise en charge par la région : 4 500€

restant à la charge de l'entreprise : 10 500€

 

– consulting de mise en place = 10 000€

prise en charge par la région : 3 000€

restant à la charge de l'entreprise : 7 000€

 

– formation des utilisateurs finaux = 5 000€

pris en charge de l'organisme de formation 5 000 € et pris en charge par la région : 1 500€

 

Hors loi Macron selon l'exemple ce qu'il reste à financer par l'entreprise sur un budget initial à 35 000€ est 17 200€ soit 51% de l'investissement financé et 49% restant à la charge directe de l'entreprise.

Si on est dans un contexte d'une mise en place d'un outil de gestion pour la production industrielle vous pouvez à cela ajouter une prise en charge jusqu'à hauteur de 40% de votre investissement sous forme de déduction fiscale.

 

 

N'hesitez pas à partager !

Avis

Laisser un commentaire