CRM verticalisés ou génériques_Salesforce Vs Le autres

Faut-il opter pour les solutions verticalisées ou génériques ? – Salesforce VS les autres

Il n’est pas étonnant d’entendre parler de Sales Cloud de Salesforce lorsqu’il est question de CRM dans une conversation. Peut-être est-ce parce que son introduction en bourse s’est faite sous le symbole boursier CRM, peut-être est-ce que parce depuis 1999 il est un géant du marché … peut être. Quelle qu’en soit la justification, le fait est qu’il n’y a pas bijection entre les mots CRM et Salesforce. Il existe ainsi tout une panoplie de CRM.

 

Qui est Salesforces ? Que vend-il ? Et à qui ?

Si, au départ, Salesforce émerge en tant que spécialiste du SaaS, il a fait l’acquisition au cours des 10 dernières années pas moins de 22 entreprises, sans compter la mise en place de partenariat avec les plus grands comme Microsoft Oracle. Salesforce, c’est donc avant tout la force d’un groupe qui, bien que spécialisé dans le domaine du CRM, a su étendre son offre au travers des rachats précédemment évoqués.  Aujourd’hui, Salesforce, c’est à lui seul 18.4% de parts de marché.

Pernod Ricard, château de Guédelon, Desjoyaux, Cofely , Electronic Arts etc. Toutes ces sociétés n’ont a priori rien en commun, et pourtant, il existe une similarité au niveau de leur système d’information. Elles utilisent toutes Salesforce en tant que logiciel de CRM. Un des points forts essentiel de ce logiciel est donc qu’il s’adapte à tous corps de métier. Il est suffisamment flexible pour répondre à des besoins plutôt diversifiés du moment qu’ils ne sont pas hyper spécifiques. En effet, Salesforce peut être qualifié de logiciel générique en ceci qu’il peut parfaitement convenir à une entreprise qui ne saura pas mettre sur pied un cahier des charges bien précis.

Lorsque l’on regarde sur leur site (http://www.salesforce.com/fr/sales-cloud/overview/), on voit que la gamme de prix s’échelonne de 27€/mois/utilisateur à 270/utilisateur/mois. Le logiciel couvre ainsi un éventail budgétaire plutôt étendu. C’est une des raisons pour lesquelles la clientèle de Salesforce est plutôt diversifiée : PME ou grand groupe, chacun a la possibilité de trouver une offre qui corresponde à son enveloppe budgétaire.

42% des personnes ayant choisi SalesForce l’ont fait par sécurité (pas d’expression de besoin clair, avoir le max de garanti que ça fasse tout ce dont j’ai besoin plus tard même si c’est plutôt cher). On peut aussi ajouter que les grandes entreprises préfèrent confier des projets SaaS aux poids lourds du marché pour limiter les risques liés à la solvabilité de ces derniers et mieux protéger leurs données. Une des forces de sales cloud est qu’il ne nécessite pas de développement spécifique. Chacun est censé trouvé ce dont il a besoin au travers des fonctionnalités natives de l’outil et au fait que le logiciel puisse s’enrichir grâce aux technologies du store. 

 

Solution verticalisée

On entend par solution verticalisée une solution spécifique à une activité, à un corps de métier. Ses paramètres sont ainsi censés être mieux en accord avec les habitudes de l’entreprise et ses fonctionnalités sont censées collées parfaitement au métier. Quels en sont les intérêts ?

Le gain principal vient d'un effort d'adaptation moins important avec le vertical : un paramétrage plus facile, moins de développements spécifiques et une intégration plus facile, donc moins coûteuse.

Qui sont les éditeurs de ces solutions ? Difficile de ne pas faire de liste sans que celle-ci ne devienne rapidement exhaustive. On peut relever Valoris, BearingPoint, Siebel, Coheris, Peoplesoft. Il en existe absolument pour tous les corps de métier et, à nouveau, pour toutes les bourses.

Faire le choix d’une solution verticalisée, c’est avant tout être capable d’identifier parfaitement son besoin car le logiciel ne saura pas nécessairement évoluer et s’adapter par la suite à toutes les fantaisies. L’avantage de cette solution devient donc bel et bien sa limite.

 Ce qu’il est important de saisir parmi les différentes solutions verticalisées, c’est que chacune aura un positionnement produit un petit peu différent. On choisira quote roller pour sa capacité à produire de bonnes propositions commerciales, on choisira 8 sens XCRM car c’est LE CRM dédié aux mac ou encore Oryanoo car il s’interface très facilement avec les différents outils de communication (téléphone, boîte mail etc.)

 

Conclusion

Si Salesforce n’est ni le meilleur, ni le moins cher des CRM, son omni-présence sur le marché s’explique par les facteurs soulignés un peu plus haut. Il ne convient néanmoins pas aux métiers nécessitant une exigence toute particulière.

N'hesitez pas à partager !

Avis

  1. Bonjour,

    Je trouve l'idée du CRM vertical intéressante. On trouve aujourd'hui des ERP verticaux qui offrent une vraie valeur ajoutée car ils s'adaptent bien aux besoins spécifiques des assos (gestion des membres, TVA), aux sociétés de conseil (facturation des jours, gestion de projet), ou des entreprises de services à la personne (gestion des équipes distantes) par exemple. En revanche je ne vois pas qu'elles sont les fonctionnalités propres aux CRM verticaux. La plupart sont très paramétrables et permettent donc de les adapter parfaitement. En complément j'inviter les lecteurs à comparer salesforce avec les autres CRM mentionnés dans l'articles pour faire son choix selon ses propres critères.

Laisser un commentaire